Le peu connu Reynolds Price

Je vais vous parler d’un écrivain rare dont je n’ai lu qu’un seul recueil de nouvelles il y a trente ans, mais qui reste ineffaçable. Je viens de relire ce volume et y retrouve la même magie.Reynolds Price obtint le Prix faulkner du meilleur premier roman en 1962,l’année de la mort de Faulkner.Price est un styliste de premier ordre. selon les américains il écrit un des plus beaux anglais qui soient.

Son titre : »Les noms et visages de héros ».

Publié aux  Etats-unis en 1958, traduit par Maurice- Edgar Coindreau-le premier traducteur de Faulkner- ,ce recueil  rassemble sept nouvelles, de longueurs inégales. La première « une chaine d’amour »  raconte une famille rassemblée  dans une clinique de Caroline du nord. les enfants  viennent  se relayer au chevet d’un père malade.  Il y a Milo, Rosacoke, Horatio ;  ceux qui veillent le père  sont intrigués par ce qui se passe de l’autre côté du couloir.  On a installé  dans la chambre vide « un grand type »,  et depuis une mystérieuse porte s’ouvre et  se ferme laissant passer infirmières, médecins, et membres de cette famille cloitrées et mystérieuse .  Donc chacun des  enfants essaient d’en savoir plus.ils obtiennent   des bribes de confidences    auprès du  personnel médical.les heures passent, les veilles la nuit, l’alternance de vide, de  repos et de soudaines précipitations du personnel hospitalier autour de cette chambre  ponctuent le récit ;on murmure que cet homme vient de subir  une grave opération (on lui a enlevé un poumon)  et qu’il a peu de jours à vivre…. Ce récit linéaire est truffé de réminiscences, d’incises, d émotions fugitives, d’allusions au passé familial. Cettte prose est constituée  d’un  souple glissé d’images et de d’un chuchotement intérieur,   de réminiscences subjectives, d’allusions ; cela  forme un tissage étonnant, imprévisible, une sorte d étoffe de mots très riche, qui suggère tout un bruissement d’humanité, de compassion, d’allusions. Ce style si particulier  forme  un murmure de prose hypnotisant,  si la voix proche du narrateur nous faisait partager des secrets et des réflexions subtiles et riche de secrets et de non dits… Il y a une merveilleuse  » musique » Price qu’on devine à travers la traduction que les critiques littéraires américains qualifient  d »’un des plus beaux styles qui soit  »,  « avec les archaïques et envoûtantes cadences de la Bible du roi Jacques » dixit un critique de renom.

Je ne sais pas d’où vient cette prose aussi raffinée, mais elle laisse une trace d’humanité tchekhovienne   et porte une compréhension empathique exceptionnelle dans ses exactitudes et ses suggestions.. les liens familiaux difficiles  sont au centre de ces  7 nouvelles avec  des allusions aux  généalogies qui sentent à la fois la Bible et ses malédictions et les destins faulknériens…. La dernière nouvelle qui clot le volume expose  le monologue d’un enfant de dix ans, qui est assis à côté de son père,  dans une Pontiac    roulant en pleine nuit . l’enfant cherche à connaitre un héros  pour l’imiter, depuis le général Mac arthur jusqu’à Alexndre le Grand. Mais cette recherche d’un visage et d’un nom de héros entraine  le lecteurdans un examen examen de conscience tourmenté, et  enclenche toute une thématique de la solitude, des craintes infantiles, de toutes les peurs  et terreurs et tabous que la psychanalyse essaie de mettre à jour. On est littéralement envahi et enveloppé par le trouble du garçonnet à côté de la présence paternelle qui dégage une puissance quasi  divine  et rend l’enfant inconsolable. Souvent ,chez Price  un être  fragile et démuni  veut faire le Bien et découvre son impuissance face à la brutalité de la société(voir la nouvelle « Michael Egerton ») .Il découvre la puissance du Mal ,au sens religieux dans cette région de Caroline du nord où les pasteurs de l’église Baptiste règnent sur la population noire et blanche.…. dans chaque nouvelle  y a  collisions des temps, parfois émiettement  de  la chronologie d’une manière virtuose et  qui peut déconcerter les lecteurs trop cartésiens ou pressés. Price , avec sa minutieuse construction horlogère, oblige à ralentir la lecture. Il y a du poète en lui…  c’est vrai il  exige une grande  attention à la lecture..mais quelle récompense!..

10 commentaires sur “Le peu connu Reynolds Price

  1. De Price j’ai lu, il y a longtemps de là, A long and happy life et Good Hearts. Acheté A Whole New Life, mais pas encore lu, peut-être jamais, car la nature de l’incident qui l’a laissé paraplégique me dérange.

    J'aime

  2. Petit test initiatique.
    Pour mes héros à 10 ans, il faut plutôt chercher vers Robin des bois, d’Artagnan ou Lagardère que vers MacArthur.
    Pour Alexandre c’était trop tôt, le programme de 6ème m’entrainait vers les Hittites ou les Assyriens (Assurbanipal, rien que le prononcer fait rêver)

    J'aime

  3. Très subtile lecture passée inaperçue parce que le blog était en chantier. Il me semble que vous aviez évoqué Reynolds Price sur votre ancien blog.

    J'aime

    1. oui, Christiane, mais j’avais trouvé à l’ époque que ce très grand écrivain du Sud, génération après celle de Faulkner, méritait qu’on revienne en parler ; c’est en hommage que je l’ai inscrit en ouverture de ce nouveau blog..d’autant que,lorsque j’avais 19 ans, l’ayant lu et étnt bluffé par son style, , c’est lui qui ma donné envie décrire mon premier récit « le congé »qui m’a fait remarquer chez Gallimard.. donc je lui dois beaucoup..et plus tard Maurice Nadeau m’avait demandé d ‘écrire sur Price dans « Les lettres nouvelles »..Voici ce qu’en dit Pétillon dans son « histoire de la littérature américaine » :
      « Price est un styliste de premier ordre.Il écrit un des plus beaux anglais qui soient,une prose proche des archaïques et envoutantes cadences de la Bible du roi Jacques , et en même temps musclée et flexible qui rappelle souvent le meilleur Updike. »

      J'aime

      1. « La dernière nouvelle qui clot le volume expose le monologue d’un enfant de dix ans, qui est assis à côté de son père, dans une Pontiac roulant en pleine nuit . l’enfant cherche à connaitre un héros pour l’imiter, »

        Je connais cette nouvelle. Je l’ai lue il y a quelques années. Je me souviens de l’enfant blotti sur les genoux de son père qui conduit et qui voit défiler un paysage de nuit. Je me souviens de la tristesse que j’éprouvais en la lisant mais pas des détails de la nouvelle… Un livre que j’avais dû emprunter à la biblioyhèque… ou lu chez un ami… Tout cela est loin… mais lisant votre billet, Reynolds Price me revient par la douceur vénéneuse d’une écriture qui enveloppe pour mieux désespérer.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s