L’Amérique de Nixon et ses émeutes raciales par Updike

Couvre-feu, garde national mobilisée, émeutes dans plusieurs villes du pays… après la mort de George Floyd – un Afro-Américain de 46 ans tué par un policier à Minneapolis on découvre que ,hélas, depuis la présidence  Nixon, et malgré Martin Luther King ,le problème racial est toujours aussi aigu aux états unis..

Émeutes raciales à Minneapolis Mai 2020

et le roman  d’ Updike reste  d’une grande actualité.Mort  le 27 janvier  2009 , John Updike  est sans doute, un des plus grands écrivains américains   pour décrire l’Amérique  blanche des années 50 aux années 2000.Il a composé des centaines de nouvelles, presque toutes remarquables, souvent  publiées pour le New-yorker. Sa prose  sensuelle, prismatique, charmeuse , est  aussi à l’aise pour décrire la chaleur moite d’une salle de bain, qu’un quartier en démolition .Updike  est capable de raconter  les liens entre un père et son fils dans d’impeccables dialogues qui suggèrent ce qui se passe , le courant profond des émotions,  avec une souveraine maitrise. Champion pour décrire les  couples (titre d’un de ses romans les plus célèbres qui fit polémique  pour son catalogue de scènes sexuelles lyriques  en 1968 ,mais marqua les esprits) ce  romancier reste   unique  pour décrire les malaises d’une société blanche qui a peur de minorités  de couleurs. L’Amérique  Wasp, blanche,  à dominante hollandaise et allemande , de la côte Est —  avec banlieues chic à maisons de bardeaux blancs, et country-clubs, résidences d’été dans le Vermont et le New-Hampshire fascine  Harry Angstrom « the rabbit » qui lui, appartient  à la toute petite bourgeoisie mais la fuit sans cesse.

John Updike, Beverly Farms, Massachusetts, 1985

 Updike  peut être sarcastique, grivois, pornographique et en même temps  éblouissant de subtilités,  avec ses quadragénaires aisées, femmes « qui ont le feu au cul »   ou grands Noirs sportifs qui perturbent Angstrom.   Quel romancier    redoutable  pour  diagnostiquer   les tristesses, les morosités, les coups de mou, l’avidité  et la rapacité érotique des hommes, le démon de midi dès onze heures du matin, les déprimes, le machisme de ces  « grands types blancs  à costume élimé » vendeurs de voiture, dentistes,  imprimeurs, assureurs,  enfermés dans une vie sans perspective, entre parties de tennis, de golf .C’est un  univers-piégé, étriqué, asphyxiant dans son confort,  entre tondeuses à gazon, dimanches  dans la  belle famille, enfants insupportables, ex maitresses croisées dans les rues de Brewer.. Harry Angstrom  garde quelque chose d’un grand mélancolique adolescent-lui qui fut champion de baske universitaire t-  au fond c’est  un  voyeur charmeur  obsédé du sexe,  prêt à se coller  contre n’importe quel jeune corps  pour se perdre dans  la moiteur  féminine , exactement comme des explorateurs ou des naufragés s’enfoncent dans la jungle.

Le critique Jacques Cabau avait bien résumé le problème de ce   personnage double de l’auteur   : »l’ascétisme sportif de Rabbit s’allie au puritanisme pour dénoncer la Femme avec une violence jamais égalée depuis Saint-Augustin (..) La femme est cette boue, cette bouillie organique qui l’enlise dans la vie pour le perdre. »

La femme  est à la fois un miracle, une tentation perpétuelle et  un miroir aux alouettes, La misogynie de Updike, si naturelle qu’elle en parait innocente,   prend  l’aspect d’une science naturelle  et d’un outil de connaissance psychologique parfaitement fiable, si ajoute   curieusement un sentiment triomphant de justice  dans la sincérité. Chair  féminine = Terre Promise. Ses quadragénaires  escaladent  surexcités le Mont de Venus    et se roulent  dans les pentes neigeuses des draps, mais dans cette ascension presque religieuse  vers l’extase   se rétrécit  dans le Purgatoire  post -coitum dans la salle de bain  en désordre.

Il peut tout, Updike.

Photo de Saul Leiter…

Il décrit collines, couvertures de magazines, planchers de ferme, hanches soyeuses  d’une ado, vaisselle humide sur l’évier, programmes de télé,  absolument  tout avec la même  constance , et dans un flot de sensations arc-en-ciel comme pour saluer la Création et son Créateur, athlète en pleine forme. Prodigieux, ces    coulées de phrases  élégantes .Updike  fait vibrer la lumière d’ un verre de jus d’orange  sur une table de cuisine,  et  baptise  de son talent  aussi bien   un milk shake à la vanille que la boule bleue terrestre cachée par une trainée de  nuages. Il y ajoute   sans fatigue, des  dialogues qui sonnent juste. Depuis Faulkner, on avait pas constaté  une œuvre aussi abondante, ramifiée, multiple, avec une prose aussi fraîche, sensible,  discrètement narquoise. Quand on le lit, il  donne le sentiment d’ avoir découvert le secret du ton juste  pour dire  le temps qu’il fait ,la peinture moisie d’une porte ,des lycéennes qui font claquer leur talons, ou l’alunissage d’Eagle sur la poussière lunaire le 20 juillet 1969. Tout ça    comme si on y était ! Updike  capte la grande »  lumière américaine, mais il ajoute  , dans ce « Rabbit rattrapé »  le don d’analyser  le malaise américain de cette année là  ; ça se voit mieux aujourd’hui avec les 49 ans de distance qui nous séparent de la date de publication.

 L’envers et l’endroit de l’Amérique  de 69 entre guerre froide,  révoltes noires,  minorités  harcelées, bourbier vietnamien,  racisme , suprématisme blanc, répression des gays et lesbiennes, conquête spatiale ,fossé des générations, pilule, joints, bariolage hippie, néant pascalien. Mais, à mon sens  , le meilleur de son art à facettes, s’étale  dans la tétralogie et la saga  des « Rabbit ». C’est son sommet.

Dans « cœur de lièvre »(1960) on fait la connaissance d’un grand type dégingandé  ancien champion de basket de Brewer, empêtré dans une vie conjugale qui l’étouffe.

Rabbit, 26 ans, représentant en accessoires ménagers,  fuit son épouse  Janice, qui boit trop,  et son fils   Nelson et bientôt d’une petite fille dont Janice est enceinte .Après une énième et banale dispute Harry prend sa voiture mais, au lieu d’aller acheter les cigarettes comme le lui a demandé Janice,  il quitte la ville, se met en tête de voir le jour se lever sur le golfe du Mexique.   Si son escapade ne le mène pas très loin – jusqu’en Virginie, le retour au domicile conjugal ne se fait pas. Après  quelques  rencontres, le roman se clôt sur le drame du bébé  noyé, ce qui brise le lien conjugal.

Mais là où Updike devient original c’est qu’il  suit ce personnage d’Harry  jeune homme, jusque dans sa vieillesse en Californie dans les années 2OOO.  Il mène sur plus de 30 ans son personnage dans une tétralogie.  L’ancien champion de basket de la ville de Brewer,  présenté sous Eisenhower,  devient sur des décennies   un  double de l’auteur avec « Rabbit rattrapé »(publié en 1971) pendant les  secouantes années Nixon, puis dans « Rabbit est riche »(1981) subit  les débuts de Jimmy carter. .Le cycle  s’achève en 1991 par « Rabbit  en paix » sous la présidence de G.W. Bush .

 Ce qui frappe dans cette fresque étalée, c’est que la vie privée d’Angstrom recoupe  habilement  les bouleversements qui mettent en jeu l’unité  nationale. C’est dans  « Rabbit rattrapé » que la fusion entre  la vie privée  d’Harry Angstrom et le destin d’une Amérique  en crise  se reflètent le mieux. C’est dans ce roman que les ombres d’une Amérique crispée, fracturée, portent loin et pénètrent  dans la vie intérieure des personnages. Nous sommes en 1969. Année clé : le président Nixon  s’enlise au Viet nam et bombarde le Cambodge,la fusée Apollo,  entraine Armstrong   vers  la lune , le festival de Woodstock    consacre  le  mouvement hippie , et surtout   les émeutes raciales depuis  l’année précédente, après l’assassinat de Martin Luther King  déchirent le pays durablement.

 Et c’est là que Updike ,  avec son talent  ductile ,multiforme, d’une souplesse impressionnante   trouve le moyen  des  situations qui vont former prisme.  Il introduit  trois personnages emblématiques mais jamais schématiques. Il y a Jill, une adolescente hippie  de 18 ans en rupture avec sa famille. Malgré sa  robe blanche fripée et sale Jill » a de la classe «  avec ses bras  grèles,  ses taches de rousseur, sa politesse tipmide maladroites. Sans toit, ni ressources, elle  n’a que son corps à offrir à Rabbit ou à un autre. Il y a  l’excité lyrique  afro-américain Skeeter , ancien dealer de Jill, il   s’impose  dans le foyer de Rabbit. Skeeter  est musclé, beau, insolent, recherché par la police pour des trafics de drogue .Cet ancien du Vietnam, politiquement engagé,  prêche un discours mystique pour   libérer les Noirs. Il crible Harry –le- masochiste  de sarcasmes, il   déploie  une éloquence puissante, méthodique, ravageuse pour défendre la cause Noire. Il alterne dérision et compassion, lucidité, et  prophétisme. Au fond c’est lui  qui domine ce roman. Il  fascine d’autant Rabbit  qu’il  exerce une emprise érotique sur lui.

Enfin il y a le personnage picaresque de  Stavros. D’origine grecque, cet immigré bien intégré, libéral,  est épanoui en couchant avec Janice, la femme d’Harry, sa collègue de travail chez le concessionnaire Toyota. Tout  ceci baigne  dans une fausse  ambiance détendue. Mais au cours d’un diner d’anthologie dans une taverne, Stavros l’immigré  s’oppose au patriotisme dur d’Harry et refuse ce paradis  US  sous l’ombre des bombardiers. Les  positions sociales  et les origines  de chaque personnage ,oeurs fristrations vont  réfracter les tensions de la nation américaine  de ces années-là. Le pays devient une mosaïque en train de craquer.   Les revendications des minorités de l’époque  s’exprime dans des dialogues éblouissants pour refléter la violence  sous Nixon . La télé montre  des policiers blancs ou la garde nationale pourchassant et tuant  les étudiants de Berkeley et  les Noirs des ghettos.

Updike montre bien  le désarroi du patriote Harry, séparé de sa femme, déambulant  en dérive  dans sa grande maison, avec son fils Nelson, dont il ne sait pas trop quoi faire..  Il couchotte  ave la jeune hippie,  essaie de fumer des joints, observe, compassionnel  mais impuissant  au désastre de ses parents  qui entrent dans la grande vieillesse. Il sait que son travail de linotypiste  est condamné par  la technique de l’offset et  connaitra donc le chômage .

« Rabbit rattrapé » est le roman  le plus ambitieux, le plus  travaillé, le plus réussi   d’Updike sur la comptabilité des malaises..  Il repose  sur le constat  de la disparition d’une Amérique blanche sûre d’elle-même et ses valeurs « ancestrales « qui ne le sont plus. La chute de Nixon, avec le Watergate en sera le symbole.

 Comme il y avait une « fêlure » chez Scott Fitzgerald, il y a une « fêlure »  chez Upidke. Mais c’est  une  fêlure  morale et religieuse :  le romancier joue de ruse avec la  Foi ,  et on se demande s’il ne  recherche pas les preuves de  la présence   divine  sur les corps pâles et  abondants   de ses conquêtes. Fêlure ou fissure   de l’âme et du corps ? Rabbit, toujours en fuite,  finit par  s’enfouir dans la chair féminine pour calmer ses angoisses, retrouver une enfance, guérir de son incurable nostalgie d’un Eden perdu.

Bizarre Updike. Il   croit en un christianisme personnel qui rejette les structures traditionnelles de l’église .  Il  pratique  une sorte de religion  de confort : la présence divine sans  la contrainte  des Dix Commandements, le  cantique de la Foi sans les paroles  de la Loi, la Grâce de croire  sans  trop de dose de culpabilité, l’amour de Dieu sans le concept de péché. On le verrait volontiers jouer  sur un green  avec Dieu et les apôtres.  Celui qui a obtenu deux prix Pulitzer ,cite régulièrement Karl Barth,  Pascal, et Saint Augustin, même s’il trouve ce dernier un peu trop ardent dans ses prêches  Chez lui l’indice des valeurs chrétiennes fait le yo-yo comme à la Bourse de Wall Street. Il a souvent été moqué dans la presse  comme étant l’écrivain entremêlant   cavalièrement deux thèmes : la théologie et l’adultère.

 La vaste  lumière américaine, si large, si intense, symbole d’un pays qui a voulu vivre  grand,  lui fait  soudain peur. Le chaos  humain olui  apparait  grotesque  sous  le ciel vide:le ciel est vide. Et c’est là qu’est le paradoxe de cette œuvre : d’un côté Updike sait comme personne  faire un hymne aux  villes,  aux maisons, aux paysages, chanter enfance champêtre,  moments, saisons, et d’un autre coté  ces phrases parfaites et si filées , ces images  diaphanes   sont minées par   un sournois  malaise métaphysique  .Rabbit  demeure  insatisfait , instable, avec un air d’excuse pour sa capacité à subir les humiliations. Oui,   inachevé, seul, déchu, mauvais époux, fils embarrassé, père dépassé, amant à éclipses, calviniste douteux.  Et que faire si son Amérique rêvée- elle aussi-  subit l’humiliation du Viet-Nam  et   se recroqueville, selon ses mots,  « comme une  vieille pomme rabougrie », d’Eisenhower à Bush. Dans ce pays autrefois solide, biblique,  sûr de lui, il y a  encore des relations entre ses citoyens  mais désormais  plus de communauté d’âmes  et déclin d’une nation. « Jours perdus, enfouis au fond du cerveau, cellules grises qui meurent par millions chaque jour, emportant sa vie dans le néant.» 

L’Amerique nostalgique

Extrait :

« La campagne est superbe. L’automne a relevé le vert morne de la Pennsylvanie, le ciel est nettoyé de la brume laiteuse de l’été, les collines se détachent, nuancées d’ambre et d’orange flamboyant qui, dans un mois, prendront la teinte monotone des gousses de caroubiers qui craquent sous les pieds à la saison de la chasse. La fumée d’un feu de broussailles flotte dans la vallée comme du brouillard sur une rivière. Jill arrête la voiture près d’une palissade blanchie à la chaux et d’un pommier. Ils sortent de l’auto dans un nuage de parfum de pommes tombées, trop mûres. A leurs pieds, des pommes pourrissent dans la haute herbe humide qui borde un fossé où coule un mince filet d’eau, une herbe d’un vert encore très vivace ; de l’autre côté de la palissade, la prairie a été tondue ras pour les bêtes, sauf à quelques endroits où des  pieds de bardane, engraissés de bouse de vache, ont poussé à  hauteur d’homme (..) Jill retrousse sa robe et saute pardessus le fossé pour toucher l’une des lattes banches, rugueuses et chaude, de la palissade et regarde à travers celle-ci, au loin, là où, à l’ombre  des arbres, une ferme de grès scintille comme un morceau de sucre trempé dans du thé et  où la grande roue squelettique d’un vieux tombereau, ses rayons immobilisés à jamais, attend, près de montants rouillés qui doivent être ceux de la pompe. Tant de vert l’aveugle. »

13 commentaires sur “L’Amérique de Nixon et ses émeutes raciales par Updike

  1. Pour prolonger le temps de lecture – il est passé de 11 à 12 minutes après l’ajout de la photo de Leiter – : un autre extrait de la série de photographies prises en 1958 dans un chalet d’été à Lanesville, contemporain du premier Rabbit (Ce sont les seules images de nus que Leiter réalisa en couleur).

    J'aime

    1. Je ne crois pas qu’il existe des éditions bilingues , cependant les traductions françaises, notamment celles de George Magnane pour « Rabbit rattrapé et celle de Maurice Rambaud,pour « Rabbit est riche »sont exemplaires. s. dans les innombrables recueils de nouvelles, je conseille le splendide « des musées et des femmes »,traduit par Magnane. Enfin, deux autres romans s’imposent pour mieux connaitre Updike, « le premier, »Cœur de lièvre »(1960) et « Le Centaure »(1965) national book award, si émouvant sur le lien entre un père et un fils.

      J'aime

      1. (La traduction des titres, pour s’en tenir là, ne peut que laisser perplexe le profane)

        J'aime

  2. Bel article.
    C’est grâce à vos billets que je me suis mis à le lire.
    Le Cœur A Ses Raisons est en effet devise frappée de lettres d’or chez lui, comme pour Kafka, écrivain majeur du Panthéon d’Updike, dont il dira qu’il est le plus grand fabuliste du monde, hélas sans expliquer vraiment pourquoi, lui qui fut pourtant l’un des rares à briller dans l’essai aussi bien que dans le roman.
    Je suis d’accord avec ce que vous dites de la puissance tranquille de son style, plus particulièrement dans la force qu’il mettait à décrire le travail manuel, il y a des passages qui trouent de leur élégant acide les plus belles épreuves d’un Walker Evans tout en restant dans la sphère d’un même réel photographique qu’il aimait et savait traduire, dans ses romans comme ses poèmes.
    Je repense par exemple à l’un des Rabbits où l’on voit Angstrom, frais opéré du cœur – décontracté du gland, certes, mais pas suspect pour autant de dérouler la psyché propre aux profs de fac amoureux des pauvres, vissés qu’ils sont dans leur confort semi-bourgeois ou plus sauvage, ce qui n’altère rien du grand pouvoir d’observation, souvent acéré, de ces mêmes personnels de l’Education, il imprime sincèrement la vision, c’est d’ailleurs son métier -, imaginer le travail des maçons qui montèrent le mur en face de sa fenêtre, sur des échelles perchés, brique par brique, un siècle auparavant, l’imaginer, le rêver, les admirer, l’expression d’une impression.
    C’est l’illustration de la prison peinte par van Gogh choisie par J. Drillon – « qui est bon, mais qui joue bien du piano, comme un Allemand » – et publiée sur son blog qui me remet l’extrait en tête.
    Combien de phrases pourrait-on récolter et mettre au chaud dans un Jourde & Naulleau positif.
    Des chocs de beauté, sans simplifications, des zingers de folie plutôt que des punchlines, loin des pauvretés littérales que les deux compères relevèrent sous la plume des bonzes de la littérature française contemporaine.
    Il y a un autre très beau récit de mort de la grand-mère, My Grandmother’s Thimble, paru dans l’un des premiers recueils de ses nouvelles, écrit dans la vingtaine.
    Sur ses Americanas passées sous Nixon, hmm, beaucoup de choses seraient à dire, dans son autobio ne parle-t-il pas de cette époque comme étrangement fragile idéologiquement, si peu consistante en fin de compte coincée qu’elle serait entre apostasie et fanatisme, férue d’exposer ses stéréotypes, des bisbilles menant à la violence systématique, comme le ferait plus tard le cinéma, cette nouvelle église aux cent millions d’images qui le ramènent toujours à celle de Dieu (« Sur quoi d’autre écrire lorsque les bureaux de postes ferment le dimanche ? »)
    Revu Ad Astra hier soir et pensé à son fabuleux poème sur l’une des lunes de Jupiter, Brad Pitt, étonnamment plus muet que d’habitude, semblait le mâchonner entre ses dents, serrant sa pensée s’en servant comme bouclier, en plein franchissement des anneaux glacés de Saturne, avec Updike vous prenez en pleine face une dose de Wilbur, de Hetch, de Frost, mélangée à du Milton, ça fuse.
    Avec le temps on devient amoureux des tondeuses Honda, les Rolls du mulching, vous verrez, souvent contre votre gré.

    Aimé par 1 personne

  3. Heureux de te retrouver en pleine forme, xlew !
    Tu es passé à travers le viruscorona ?
    Pour Updike, je passe mon tour.
    Rien lu de lui à ce jour.
    Je suis toute ouïe…

    J'aime

  4. Karl Barth était dans l’air du temps. Aujourd’hui ce serait Bert Ehrmann, qui, par parenthèse, parait ignorer toute cette grande école protestante si l’on s’en tient ses bibliographies, très amerianocentrées. « La Construction du Christ », notamment.
    Bien à vous. Bonjour à X Lew.
    MC

    J'aime

  5. Hors sujet:
    Article assez tordu dans « Le monde » signé Edouard Launet, qui prouve que décidément, en France, dès qu’un auteur devient un best-seller, il devient la cible d’une certaine critique « exigeante » . Là c’est Joel Dicker, la cible. Les milliers de lecteurs qui l’achètent et l’aiment n’ont pas le droit. Ils ont tort de l’aimer Dicker. On a beau leur répéter, expliquer,dans les meilleurs journaux que c’est mauvais, Dicker, ils continuent à l’acheter, les malheureux Ce fut le cas de Simenon, Pierre Boule, Troyat, Bazin, Druon, d’Ormesson, etc. d’être mis au pilori de la critique pour cause de trop de succès. Et dans l’article, cerise sur le gâteau, un coup de patte sur les prix, et distinctions littéraires. Enfin, si on relit les trente dernières années de critique littéraire -soyons clair – on se promène dans un cimetière avec des alignements de tombes couvertes d’éloges. Launet fait partie de cette critique gendarmique qui doit faire la police devant ces hordes de lecteurs égarés, mal informés, douteux qui prennent du plaisir alors que, selon la fameuse loi Launet, ils ne devraient pas.

    J'aime

    1. Magnifique coup de gueule, Paul Edel !
      Bien mérité et, à mes yeux de lecteur indocile, totalement dans le sujet préoccupant : la mauvaise littérature des critiques nombreux et avariés.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s