Heimito von Doderer, le grand Autrichien oublié

A la demande de JJ-J je redonne mon article ancien publié sur Doderer.

Heimito von Doderer est le grand écrivain autrichien oublié  de le  génération  Musil et Broch

Heimito von Doderer

Son œuvre capitale « Les démons » est paru en 1956.Son auteur a mis trente ans à l’écrire. Sans être exactement un contemporain de Proust ((1871-1922) Heimito vonDoderer (1896-1966) a, comme Proust mis en évidence une écriture  à la fois  complexe, subtile et impressionniste pour donner de l’ensemble  de  société « mondaine » viennoise une image minutieuse et profonde.  Il y a chez lui une  analyse enveloppante des personnages, de leur passé, des coups de sonde dans les replis cachés de leur  sensibilité (avec souvent de l’humour)    Il y a  aussi  une intuition permanente du Temps intime qui ouvre des déréglements subliminaux selon des visions perturbées, baroques.Cette méthode d’introspection reflète et redouble l’architecture de la ville de Vienne dans une linéarité musicale souple,d’un charme absolu…Le grand principe de relativité des points de vue condamne chaque partie du livre à offrir des perceptions nécessairement partielles et fugitives en ruptures: le grand décousu de la vie,lié au moment, à l’endroit où on se place,rompt les fausses unités rationnelles d’un art classique et aboutit à une succession de moments perturbés qui font éclater l’apparence ordinaire des choses. Le paysage, le décor(forets, salons, palais,ruelles tordues) qui cerne les personnages , forment des petites taches, des osmoses,comme si une menace, une angoisse, une euphorie formaient toute une herméneutique liée à la libido et à une mémoire pulsionnelle incontrôlable. de plus ce sont ces lignes de rupture qui donnent à l’œuvre des couleurs sensuelles si éparpillées et surprenantes, offrant des double sens, un abandon à des coïncidences et libres associations quasi surréalistes..

Au milieu d’une unité, Doderer déconstruit et rejoint des perceptions bien en amont de toute perception rationnelle. en ceci, il se révèle proustien. Mais la grande originalité de Doderer c’est qu’il place et agence ses personnages dans la ville de Vienne, qui est le grand personnage du livre. Tous les quartiers  de Vienne sont explorés, scrupuleusement, poétiquement, avec une exactitude géographique magnifiée par une espèce d’irisation printanière qui court tout au long du roman. , les rues, les places, les palais, les sous-bois à sentiers enneigés, les cafés, les salons à hautes fenêtres, les tavernes forestières,   forment non pas le décor mais la sève du roman. Doderer  saisit l’étoffe  même de la vie viennoise, dans un mélange de délicatesse picturale, impressionniste,  et de lucidité .Il nous parle de la douceur d’une société  avant son effritement  et sa condamnation. Chronique  ironique et satirique  (moins cérébrale que celle de Musil )  elle frappe aussi  par  une tendresse  presque galante, à l’ancienne, et proustienne comme si l’auteur nous mettait  en garde  car cette société impériale  en voie de disparition avait porté des valeurs dont la disparition  apporte une menace pour les générations actuelles. On approche historiquement  de l’irruption nazie.

C’est donc  bien une écriture – ferveur pour cette ville,  et pour ses personnages hypercultivés et hypersensibles : Kajetan , Schlaggenberg ou  Stangeler. Mais à l’intelligence historique et psychologique  Doderer  mêle toujours  une certaine féerie mélancolique pour une société de plaisirs, de commérages de salon, de diplomatie compliquée, de  fidélité aux valeurs traditionnelles d’une société fermée qu’il appelle « les Nôtres », tout ceci pris dans un inéluctable mouvement d’érosion et d’effacement Le « ton »  et la « touche » Doderer sont sans équivalent dans la littérature germanique..

Il est évident qu’on se perd un peu parmi ces nombreux  personnages aux destins entrelacés. Il  faut s’abandonner  au charme de la lecture,car tout s’éclaire vers la fin du roman. Précisons que Les Démons se centre sur les évènements survenus en Autriche le 15 juillet 1927.  Ce jour-là, au tribunal de Vienne, sont acquittées trois personnes.  Celles-ci, membres notoires d’une milice de droite, étaient accusées des meurtres d’un ouvrier d’une quarantaine d’années et d’un enfant lors d’une manifestation ayant opposé, quelques mois plus tôt, des partisans de Droite à d’autres de Gauche.  L’acquittement, jugé partial, sera à l’origine d’un soulèvement populaire qui sera réprimé dans le sang.  Autour d’un nombre considérable de personnages, l’auteur semble alors brosser, variant ses  perspectives, un portrait du Vienne  qui bascule  vers un nouveau régime politique.

A ne considérer que cet aspect-là, on pourrait rattacher Les Démons à cette littérature « fin d’époque », « basculement d’un monde » mais la multiplicité des intrigues, les rythmes de narration  différents, l’enchevêtrement des vies privées et des secousses politiques font que  le récit se calque sur l’étoffe même de la vie. Miracle. 

Alors nous lecteurs, sommes embarqués dans une quête spirituelle sur un monde disparu. Thomas Mann, dans sa « Montagne magique » avait le même projet. Ne pas tout comprendre des intrigues tricotées inlassablement,  ne doit pas décourager. La subtilité analytique, la finesse  sensuelle des descriptions,  les milles nuances qui vont du flirt passager à la passion brûlante,  ont quelque chose d’universel.Enfin  les différentes lumières ( lumière de neige dans la foret viennoise, lumières d’automne dans les parcs ,,maisonnettes de Grinzing au charme  champêtre désuet, lumières contre-jour  des hautes fenêtres des salons  ambassade  ou de salons bibliothèque, lumières vertes et basses des cafés avec billard forment une fresque irisée, paradisiaque.Doderer n’est plus tout à fait l’auteur-démiurge classique , mais il est le chroniqueur tantôt distant, tantôt ému,  se rapprochant soudain  de ses personnages(certaines femmes sont  étonnantes de fraicheur, de coquetterie, de charme,)  comme s’il tenait un aparté avec le lecteur, bavardage toute au long d’une    promenade inspirée entre printemps acide et automne interminable.… L’assurance moirée de cette écriture fascine, tant elle capte dans ses volutes toutes les métamorphoses sentimentales, affectives, ou même le trésor archéologique et architecturale de la ville.  

Il y a aussi chez Doderer,comme chez Proust, des Oriane, des Guermantes, des Verdurin, des Swann et des Odette mais de la société  autrichienne Mittell Europa :esthètes et historiens, universitaires zoologistes, bateleurs ;fonctionnaires dévoués, ou  médecins américains, plantureuses mangeuses de gâteaux  à propos perfides  et aristocrates  oisifs , beaux parleurs sous tonnelles de vigne et   jeunes garçonnes  ambitieuses, poupées érotiques et vieux beaux,  officiers ou commissaires de police, jeunes fiancés ou  conseillers à la Chambre des Finances,  se croisent  dans un étonnant ballet ,tantôt dans le plein jour du Graben, tantôt sous les clartes lunaires des quais du Danube. Bref, population entière  viennoise des années 2O  avant la  fermentation nazie. N’omettons pas  que Doderer fut séduit  un temps  par le national-socialisme mais son retour au catholicisme, en 1940,  le ramena à la lucidité .

Comme chez Proust, Doderer a un sens des dialogues parfaits et souvent cocasses .
Les déplacements, les excursions, les fêtes,  les cérémonies officielles, les environs forestiers sillonnés par les premières rutilantes voitures, les flirts tout est  décrit comme si ,sous la banalité, se trouvait une splendeur cachée mais dont le narrateur ne révèle pas les fins ultimes.  C’est toujours d’une justesse et d’une précision souveraine.. sensations, méandres de l’âme féminine, suave phrase qui, comme celle de Proust, entraine sur des chemins escarpés des révélations psychologiques à tiroirs et des métaphores surprenantes.il étudie, comme Proust, les effets de la mémoire et du présent, les méandres des hypothèses imaginatives  et suppositions entre relations humaines. Doderer  mène  un déconcertante intelligence ce qu’il y a de produit historique dans les classes sociales entre aristocratie vieillissante et  nouvelle bourgeoisie montante.

« Un meurtre que tout le monde commet » de Doderer version en langue allemande

Il donne même le sentiment de débusquer les névroses naissantes de cette nouvelle société naissante  car il a  un sens des « maladies de l’âme », et celle, notamment, de l’ennui.

  L’article dans l’Encyclopédia Universalis  a raison d’insister sur l’importance  ce « dernier grand romancier — et sans doute le plus « viennois » — de la prestigieuse lignée des Musil, Broch, Roth et Canetti ».

 Il commença à publier dans les années 1930 (Ein Mord, den jeder begeht, 1938), mais c’est seulement en 1951 qu’il connut la célébrité avec le roman Die Strudelhofstiege oder Melzer und die Tiefe der Jahre, vaste fresque de la société viennoise. Oui, la technique romanesque de Doderer est d’une virtuosité époustouflante.

Le Quartier Grinzing dont il est souvent question dans « les Démons »

Premier extrait du roman:

 Dans cette extrait suivant, Doderer nous livre une constante de sa sensibilité :la surface des choses nous délivre des messages essentiels, un peu comme Proust avec le grain rêche d’une serviette..  On admirera aussi l’ humour de la dernière phrase.

« Les fenêtres du café de la gare François-Joseph plaisaient aussi à Mademoiselle  Drobil par leurs arcs amplement cintrés où les grandes glaces s’arrondissaient en haut d’une façon quelque peu insolite… Ma foi, ces petites choses qui relèvent le goût de la vie ne sont pas sans une certaine importance que nous étouffons, il est vrai, la plupart du temps ; mais dans le souvenir elles se montrent bien plus durables que ce qui semblait important sur le moment, souvent même elles y  constituent  les seules places encore éclairées. Moins agréable était la seconde particularité de ce café, les joueurs de cartes qui, même maintenant qu’il ne faisait plus chaud depuis longtemps, persistaient  à ôter leurs vestes et à siéger autour des tables de jeu vertes en gilets défaits ou en chemise à bretelles. Ils parlaient tchèque parfois, ce qui obligeait Emma à participer involontairement à tous leurs débats. Bien sûr, elle ne pouvait pas savoir que ces gens étaient en majeure partie des concierges des environs qui avaient l’habitude de se rencontrer là ;  l’antipathie de Mademoiselle Drobil ne reposait que sur l’instinct, peut-être aussi sur l’odorat. »l » Traduction de Robert Rovini

2eme Extrait du roman:

« Cette partie de la ville [de Vienne] est par endroit proche du fleuve, mais ce n’est pas vrai de toutes ses rues et ruelles ; il semble pourtant que de quelque façon tout se rapporte plus ou moins à lui, dont la nature est d’ouvrir les terres, d’autant plus efficacement ici qu’il y coule déjà entre des rives plates : le Kahlenberg et le Bisamberg étaient en amont de la ville les dernières hauteurs à sembler doucement venir serrer son cours, l’un avançant près de l’eau, mais l’autre comme fuyant déjà de sa courbe arrondie vers le fond du ciel. Et c’est à partir de là que commence l’Orient plat. Les cheminées des vapeurs à roues progressent lentement, on les voit de très loin, on entend aussi leur bruit sourd de meule quand ils remontent. Quand le vent soulève les jupes des saules, la face inférieure argentée des feuilles devient visible. À l’horizon, des nuages lourds de vapeur : là-bas de l’autre côté, le Marchfeld [plaine fertile au Nord-Est de Vienne, sur la rive gauche du Danube] ; non loin, la Hongrie.

   Le quartier est bâti sur une grande île qui a en gros la forme d’un navire, d’un gigantesque navire qui a autrefois remonté le fleuve encore gigantesque pour venir mouiller ici. Il y a longtemps maintenant qu’il ne plus repartir, les eaux ayant baissé. Sur la plage avant s’est étalée la Brigittenau, au milieu se trouve Leopoldstadt, rejointe par le Prater, et tout à fait à l’arrière on fait des courses de chevaux dans la Freudenau.

   Léonard sentait le fleuve. Il le sentait, le soir, quand il était couché sur le dos sur le divan de cuir lisse de sa chambre.

   Le fleuve sentait. Le fleuve était pollué. C’était ce qui formait au plus profond, au plus intime, le vif de cette âme ou corps, de cette broche par laquelle son passé sur l’eau rejoignait le présent de Léonard et l’habitait. Non que l’eau du fleuve ait senti, elle coulait trop vite, dans le lit principal tout au moins. Mais la vie sur les remorqueurs, en remontant de Budapest, en passant sous le haut promontoire montagneux de Gran [Ezstergom], en franchissant Komorn [Komarom/Komárno], cette vie lente sur les péniches était toujours accompagnée d’odeurs que ces larges vaisseaux trainaient en quelque sorte par la plaine verte qu’elles offensaient et polluaient  : cuisine et chambre à coucher, femmes et enfants qui se trouvaient souvent sur les navires de ce genre, sur ces bateaux qui du dehors avaient l’air superbes et propres, grands comme des navires de haute mer, passés au goudron noir. Ce n’était pas le goudron qui gênait le nez de Léonard : il l’aimait bien. La fumée des cheminées du remorqueur de tête, s’il arrivait que le vent la rabatte sur le train de péniches, incommodait moins Léonard aussi, encore que l’on se mit alors volontiers à jurer à bord. Mais l’épais remugle de moisi et de malpropre qui remontait le fleuve lui causait un trouble profond. »

Pour terminer j’aime ce début de l’article de Marcel Brion,publié le 20 mars 1965 dans « Le monde » pour annoncer la traduction si réussie de Robert Rovini qui permettait aux français d’avoir accès à cette œuvre capitale.

« Il n’est pas inutile de bien connaître son plan de Vienne pour s’orienter dans les Démons de M. Heimito von Doderer, de même qu’il faut avoir dans la mémoire ou sous les yeux la topographie de Dublin pour se diriger sans erreur dans l’Ulysse de James Joyce. Vienne, en effet, est peut-être le personnage principal du livre, non que la ville y vive, à proprement parler, comme le Paris de Zola ou le Londres de Dickens, mais plutôt parce qu’elle est, invisiblement, imperceptiblement, la force d’attraction qui précipite les uns vers les autres les très nombreux personnages. Leur localisation dans les différents quartiers de la capitale autrichienne, dans les villas de la  » banlieue verte « , sur les pentes du Kahlenberg, dans les cafés du Ring, ou les vieux palais du centre, répond à une intention très marquée de la part de l’auteur.

L’emmêlement de ces destinées est un immense jeu auquel tous ceux qui participent partent de points différents, se rencontrent, se séparent, s’entrecroisent. La polarisation de certains  » groupes  » dans des cafés, dans des salons, dans des excursions à travers le Wiener Wald chanté par Johann Strauss répond à cette secrète force d’attraction qui se dégage de l’âme même de Vienne, de ses structures sociales et mondaines, de sa configuration géographique et de sa place au centre même de cette République autrichienne qui a succédé à l’empire bicéphale de naguère. »

Les pentes du Kahlenberg sont évoquées dans le roman.

« 

20 commentaires sur “Heimito von Doderer, le grand Autrichien oublié

  1. A propos de la biographie de Doderer, elle comporte de nombreux points obscurs et en particulier à propos de « l’ épisode nazi » Wikipedia -France passe un peu vite en déclarant : « Il publie en 1923 un premier recueil de poésie et en 1924 son premier roman, La Brèche.
    À la même époque, Doderer commence une liaison avec une femme d’origine juive avec laquelle il se mariera en 1930, avant de s’en séparer deux ans plus tard. Il adhère alors au parti nazi autrichien en 1933.
    Par la suite, « il prend peu à peu ses distances vis-à-vis du nazisme parallèlement à son rapprochement avec l’Église catholique, avant sa conversion complète en 1940. «
    On s’interroge sur le : « il prend peu à peu ses distances. » Mais quand on lit « Les démons », on est pris entre deux évidences. Immense œuvre ,mais diablement complexe à appréhender sur le plan idéologique . Par ses images, ses métaphores, son rythme lent, ses décrochages chronologiques, son architecture si complxes en rumeurs rapportées, sa nostalgie d’un monde finissant-comme Zweig- avec de longues phrases qui forment comme des arabesques, un charme s’en dégage comme une société viennoise aristocratique qui danse sur un Titanic qu’un iceberg vient de toucher. Doderer exprime à sa manière ce qu’on a appelé à propos de Th. Mann « la maladie européenne ». C’est essentiellement de ça dont nous parle Doderer cette atmosphère de serre chaude où une civilisation et ses valeurs aristocratiques et bourgeoises dans ce qu’elles ont de plus remarquables, d’universelles, sont en train de se décomposer comme un arbre déraciné dans des marais.

    J'aime

  2. A cet égard, il se dit que Gibault passe sa retraite au bureau des douanes de Roissy pour traquer tout exemplaire de l’édition canadienne qui prétendrait pénétrer le territoire national, afin de s’assurer que le destinataire s’est bien acquitté de la TVA au taux de 20% frappant les produits d’importation

    J'aime

  3. Personne n’a mentionné que l’Avocat de Céline, François Gibault, a acquis avec l’âge des pratiques dictatoriales, on l’a vu pour l’édition Québécoise des Pamphlets interdite en France ! pas un exemplaire ne devait parvenir sur le continent. C’étaient certes les volontés de Lucette, mais ils n’ont jamais été indisponibles. Alors Je ne suis pas surpris de l’ Hallali déclenchée contre le malheureux Thibaudat dont on parait oublier qu’il a tout de meme gardé et mis au net les manuscrits, ce qui ne devait pas être une partie de plaisir. En ces temps de conformisme, une apologie pour Thibaudat et son respect de la parole donnée serait la bienvenue.
    Je ne puis que conseiller l’exposition du Jeu de Paume sur le travail de Michael Schmidt. Les trois premières parties surtout pour leur coté cauchemar à l’Allemande, qui atteint son apogée dans la salle Unité. Le reste, façon cauchemar biologique et vaguement cause animale, me touche moins.
    Bien à vous.
    MC

    J'aime

  4. Bon d’accord, vous avez encore gagné. Je ne vous conseille pas de vous clarifier car vous l’avez ainsi fait. Merci Paul. Amitiés à Claro si vous le connaissez. Il fut un traducteur brillantissime de Jérusalem d’Allan Moore. Bàv,

    J'aime

  5. Merci JJ-J d ‘écrire de bien vouloir à l’avenir remplacer cette formule « Clarifiez-nous, » comminatoire par les suivantes… »Je vous conseille de clarifier. ».. » nous aimerions désormais que vous clarifiez »..il serait agréable de clarifier pour nous « .. » auriez vous l’amabilité de clarifier pour nous »..etc.. Mersi.
    ….,

    J'aime

  6. ,,,,@ Lisez l édito
    Merci Paul de bien vouloir à l’avenir remplacer cette formule comminatoire par les suivantes…
    Voir l’édito de ….,
    Cf. l’édito de…
    Je vous conseille de consulter l’édito de…
    etc…
    Mersi possible,
    Bàv.

    J'aime

  7. Voulez dire que le Monde jalouserait Libé et lui aurait fait une belle vacherie ? Clarifiez-nous, car nous qui ne sommes pas des parigots têtes de chiens… et on comprend goutte à toutes ces insinuations complotistes…
    Je signale un éclairage à venir possible pour le nouveau blog du LézarddeParis pour clarifier la situation https://www.lelezarddeparis.fr/
    né ce jour… ?on non, pas un futur « oeuf du serpent’, qu’allez-vous pensez ?..
    Bàv

    J'aime

  8. Ce matin 11/08/21 plusieurs pages dans « Libération » sur les manuscrits retrouvés de Celine. Le moins qu’on puisse dire c’est que l’ancien journaliste de Liberation ,Jean-Pierre Thibaudat, n’est pas vraiment traité avec bcp d’estime.Le fait que l’affaire soit sortie et révélée dans le journal « Le Monde » il y a plusieurs jours y est sans doute pour quelque chose.

    J'aime

  9. Des agréments d’avoir échappé au Monde et de se trouver propulsé par WordPress.

    J'aime

  10. Jean Langoncet, oui c’est un de mes plaisirs de varier les illustrations.
    MC j’aime aussi beaucoup Marcel Brion. Depuis hier au soir,je me demande encore, en rouvrant le roman de Doderer : le charme d’où vient-il ?
    Sans doute d’une construction en volutes baroques qui jouent avec plusieurs niveaux du temps chaque personnage ayant le sien et qui n’est pas celui du narrateur Geyrenhoff .Une manière d’entrelacer les motifs. Des scènes longues qui s’irisent sur d’autres et miroitent avec des reflets tendres ; les nuances font tout. les formes narratives ,les personnages, les lieux géographiques de la ville (si importants dans le charme si fort du roman) ) s’entrecroisent dans de curieux fondus enchainés. Avec beaucoup de tact, une élégance toute viennoise à l’ancienne, l’écrivain approche ses personnages mais, malicieusement, il aime le second degré, rapporte surtout des « on-dit , des rumeurs, des interrogations lancinantes et sans réponse claire, qui laissent percer et entrevoir des bribes de l’existence réelle et profonde sa complète galerie de personnages sans jamais que l’on atteigne le fond d’une vérité. . Il y a ainsi entre trente ou quarante biographies qui se chevauchent, se cumulent, se croisent, au gré des conversations et des hypothèses, des voyages en trolley qui permettent de changer de quartiers et de couches sociales Les générations anciennes entretiennent des rapports ambigus avec les nouvelles générations, d’autant que l’érotisme –ou les érotismes sous-jacents- s’y mêlent. « les phénomènes les plus minuscules, les plus essentiels de votre vie restent jusqu’à la fin de celle-ci en dehors de la réflexion. »

    J'aime

  11. Les démons l’était puisqu’il était question de l’évocation de ce roman ici. Le texte du 5 août 2020 comporte des illustrations différentes de celui-ci et des commentaires, notamment ceux de Passou, qui avait peut-être mis l’article en lien sur la RDL.

    J'aime

  12. Gentil de citer Marcel Brion, excellent fantastiqueur au demeurant, que son polyglottisme et sa culture amenaient à comprendre une telle oeuvre. Pas le souvenir qu’il l’ai été dans le texte antérieur.

    J'aime

  13. Doderer,le grand oublié [qui ne cesse pas de l’être] – publié ici le 5 août 2020

    J'aime

  14. c’est surtout que j’ai découvert le blog de Paul Edel depuis pas très longtemps… Avant lui je ne croyais qu’en celui de Passoul et j’allions jamais voir ailleurs, quelle erreur !…. Forcément, bcp de ses billets m’ont échappé, de près ou de loin… Je m’en excuse auprès de lui et de vous aussi, JL. votre mémoire est sans doute en meilleur état que la mienne… Bàv,

    J'aime

  15. @Merci infiniment d’avoir gardé vos écrits disparus de la Toile… J’en suis bien soulagé pour vous et pour nous autres, les curiositeux 🙂 .

    Il me semble que cet article a été publié ici-même il n’y a pas si longtemps ; mais je dois avoir la mémoire qui flanche, cher hoplite du recoin abyssal

    J'aime

  16. @ Précisons que Les Démons se centre sur les évènements survenus en Autriche le 15 juillet 1927. Ce jour-là, au tribunal de Vienne, sont acquittées trois personnes. Celles-ci, membres notoires d’une milice de droite, étaient accusées des meurtres d’un ouvrier d’une quarantaine d’années et d’un enfant lors d’une manifestation ayant opposé, quelques mois plus tôt, des partisans de Droite à d’autres de Gauche. L’acquittement, jugé partial, sera à l’origine d’un soulèvement populaire qui sera réprimé dans le sang »
    ____
    Oui c’est exact… Ce fut l’événement traumatique auquel assista le jeune E. Canetti, à l’origine duquel il fut illuminé par ce qu’il appela plus tard un processus de « cristallisation sociale »… une idée qui lui permit d’écrire Masse et Puissance,, publié des années plus tard, en 1960, si mes souvenirs sont exacts, il me faudrait aller vérifier… On oublie souvent cet événement historique très mal connu que votre excellent CR des Démons vient de me le rappeler. Mais pour l’instant, Dederer… !
    Merci infiniment d’avoir gardé vos écrits disparus de la Toile… J’en suis bien soulagé pour vous et pour nous autres, les curiositeux 🙂 .
    Bàv,.

    J'aime

  17. Ah merci Paul, vous êtes vraiment un chic type !… Je ne vais plus pouvoir vous faire enrager… Vraiment, vous me bluffez, là… Incroyab !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s